Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Liens protestants, le journal protestant du nord

Etude biblique : la critique de la rédaction (Marc 13 et Luc 21)

9 Août 2009 , Rédigé par Liens protestants Publié dans #Etude biblique

 
LA CRITIQUE DE LA RÉDACTION


La recherche de la source utilisée par un auteur s’appelle la critique des sources. Mais comment l’auteur utilise-t-il cette source cette source ? Cette démarche relève de la critique de la rédaction.

 

I – QUESTIONS

   Nous avions vu la dernière fois que Marc était une des sources de Luc et Matthieu. Nous verrons ici comment Luc utilise la source Marc. Quels éléments ajoute-t-il ou retranche-t-il ? Quels éléments lui paraissent-ils importants et moins importants ? Quel message veut-il transmettre ? Quelle est sa théologie ? Pour cela je vous invite à comparer Luc 21 et Marc 13. Quelles différences observez-vous ? Quelles informations Luc supprime-t-il ? Qu’ajoute-t-il ?


Luc 21

5 Comme quelques-uns parlaient du Temple, de son ornementation de belles pierres et d'ex-voto, Jésus dit : 6 «  Ce que vous contemplez, des jours vont venir où il n'en restera pas pierre sur pierre : tout sera détruit. »  7 Ils lui demandèrent : «  Maître, quand donc cela arrivera-t-il, et quel sera le signe que cela va avoir lieu ? » 8 Il dit : «  Prenez garde à ne pas vous laisser égarer, car beaucoup viendront en prenant mon nom ; ils diront : “ C'est moi ” et “ Le moment est arrivé ” ; ne les suivez pas. » 9 Quand vous entendrez parler de guerres et de soulèvements, ne soyez pas effrayés. Car il faut que cela arrive d'abord, mais ce ne sera pas aussitôt la fin. (…) 20 Quand vous verrez Jérusalem encerclée par les armées, sachez alors que l’heure de sa dévastation est arrivée ; 21 Alors ceux qui seront en Judée, qu'il fuient dans les montagnes.

Marc 13

1 Comme Jésus s'en allait du Temple, un de ses disciples lui dit : «  Maître, regarde, quelles pierres, quelles constructions ! » 2 Jésus lui dit : «  Tu vois ces grandes constructions ! Il ne restera pas pierre sur pierre ; tout sera détruit. » 3 Comme il était assis au mont des Oliviers en face du Temple, Pierre, Jacques, Jean et André, à l'écart, lui demandaient : 4 «  Dis-nous quand cela arrivera et quel sera le signe que tout cela va finir. » 5 Jésus se mit à leur dire : «  Prenez garde que personne ne vous égare. 6 Beaucoup viendront en prenant mon nom ; ils diront : “ C'est moi ”, et ils égareront bien des gens. 7 Quand vous entendrez parler de guerres et de rumeurs de guerres, ne vous alarmez pas : il faut que cela arrive, mais ce ne sera pas encore la fin. (…) 14 Quand vous verrez l’abominable dévastateur installé là où il ne faut pas (que le lecteur comprenne !) alors ceux qui sont en Judée, qu’ils fuient dans les montagnes… »



II – ÉLÉMENTS DE RÉPONSES
Chez Marc, la scène se passe à la sortie du temple, Pierre, Jacques, Jean et André, des disciples, parlent à Jésus. En revanche Luc ne localise pas la scène et ne donne pas les noms comme chez Marc. Seuls quelques-uns parlent à Jésus ! Ainsi Luc accorde plus d’importance à l’enseignement qu’aux circonstances. Luc reprend mot pour mot les dialogues de Marc mais dans un cas, au verset 8,  ajoute «  le moment est arrivé »… pour replacer cet ajout dans son contexte, Luc dit en substance : Méfiez-vous de ceux qui disent : le moment est arrivé. Luc insiste sur le fait que la fin des temps n’est pas encore arrivée. Luc adapte son récit au lecteur grec. La fin pour le juif est déjà accomplissement du dessein du Dieu. Pour un Grec, la fin est le terme, elle n’est donc pas pour maintenant. Luc parle de la prise de Jérusalem comme d’un fait historique de l’an 70 (qui semble inconnu de Marc) et non d’un signe de la fin.

 
III – POUR ALLER PLUS LOIN
Les deux passages qui nous intéressent nous parlent d’eschatologie, c’est-à-dire de la fin des temps (eschaton en grec = dernier). L’évangile de Luc plus tardif, en parle en termes différents de Marc. Le retard de la parousie (retour attendu et annoncé du Fils de l’Homme) conduit Luc à introduire le temps de l’Église avant le temps de la fin. À travers son évangile, Luc nous présente ainsi une histoire du salut en trois temps : le temps d’Israël (qui s’achève avec Jean-le Baptiste), le temps de Jésus (milieu du temps) et le temps de l’Église (temps de l’Esprit).  

           
Nous verrons la prochaine fois les différentes étapes de l’étude d’un texte biblique à partir du passage de Genèse 4, Caïn et Abel.

 
                                                                       Éric Deheunynck

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article