Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Liens protestants, le journal protestant du nord

Etude biblique : Les prophètes et la critique sociale et religieuse 7/10 (Amos 2)

5 Septembre 2009 , Rédigé par Liens protestants Publié dans #Etude biblique

 

LA CRITIQUE SOCIALE  ET RELIGIEUSE

 

 

TEXTE : AMOS 2 Amos en berger (manteau à capuchon, houlette et bétail à ses pieds) voit les maisons détruites par le feu. Cathédrale d'Amiens

6 Ainsi parle l'Éternel : À cause des trois crimes d'Israël, même de quatre, je ne révoque pas mon arrêt, parce qu'ils ont vendu le juste pour de l'argent, et le pauvre pour une paire de souliers. 7 Ils aspirent à voir la poussière de la terre sur la tête des indigents (faibles), et ils violent le droit des humbles. Le fils et le père vont vers la même fille profanant ainsi mon saint nom. 8 Ils s'étendent près de chaque autel sur des vêtements pris en gage, et ils boivent dans la maison de leur dieu le vin de ceux qu'ils condamnent.  9 Et pourtant j'ai détruit devant eux les Amoréens, dont la hauteur égalait celle des cèdres, et la force celle des chênes ; j'ai détruit leurs fruits en haut et leurs racines en bas. 10 Et pourtant je vous ai fait monter du pays d'Égypte, et je vous ai conduits quarante ans dans le désert, pour vous mettre en possession du pays des Amoréens. 11 J'ai suscité parmi vos fils des prophètes, et parmi vos jeunes hommes des nazaréens. N'en est-il pas ainsi, enfants d'Israël ? dit l'Éternel... 12 Et vous avez fait boire du vin aux nazaréens ! Et aux prophètes vous avez donné cet ordre : Ne prophétisez pas !  13 Voici, je vous écraserai, comme foule la terre un chariot chargé de gerbes. 14 Celui qui est agile ne pourra fuir, celui qui a de la force ne pourra s'en servir, et l'homme vaillant ne sauvera pas sa vie ; 15 celui qui manie l'arc ne résistera pas, celui qui a les pieds légers n'échappera pas, et le cavalier ne sauvera pas sa vie ; 16 le plus courageux des guerriers s'enfuira nu dans ce jour-là, dit l'Éternel.

 

QUESTIONS A SE POSER

Quel est le thème de chaque partie du texte ?

Quel est le genre littéraire du texte ?

Quels sont les crimes d’Israël ?

 

ÉLÉMENTS DE RÉPONSE
Le texte peut se diviser en trois parties : la dénonciation des crimes d’Israël (versets 6 à 8), les dons de Dieu à Israël[1] (versets 9 à 12)[2], l’annonce du jugement (versets 13 à 16). Notez que YHWH s’exprime à la première personne. Le récit est un oracle de jugement introduit « Ainsi parle l’Éternel » et se terminant par la formule de conclusion « … dit l’Eternel ». La dénonciation des crimes et l’annonce du jugement sont classiques dans ce genre de récit. Le rappel de l’alliance et le fait que le peuple visé par Dieu soit Israël lui-même, sont en revanche moins typiques. Cet oracle arrive après une série de sept oracles contre les nations et apparaît comme un point culminant du procès contre les nations. Israël est finalement la principale cible d’Amos. Ici les motifs d’accusation sont détaillés. La critique d’Amos est d’abord sociale. Elle s’inscrit dans le contexte du VIIIe siècle av. J.-C., période de prospérité marquée par les abus de pouvoir des riches. Amos se penche sur le sort du plus pauvre. Il n’est pas seulement celui qui est dépourvu de biens (indigent) mais aussi celui qui est humilié (humble), celui qui est le plus vulnérable. Amos dénonce non la pauvreté mais les actes contraires à la justice sociale, pire l’injustice qui se cache derrière une certaine légalité. Le débiteur est vendu à son créancier, ce qui est disproportionné. Les vêtements en gage sont pris alors que le livre de l’exode (Ex 22, 25) précise que les vêtements doivent être restitués pour la nuit. Ce sont quatre formes « respectables » de l’oppression du petit qui sont dénoncées, au tribunal, dans la vie sociale, dans la famille[3], et même dans le culte.
Derrière la critique sociale se cache la critique religieuse. La critique directement religieuse concerne les Nazirs dévoyés, hommes consacrés à YHWH ou “ prophètes ” par le mode de vie qui faisaient vœu de ne pas boire de vin. Mais souvent la critique religieuse est implicite. L’élection d’Israël est un facteur aggravant. L’alliance n’est pas un privilège mais une exigence. Or l’injustice semble cautionnée par le religieux. C’est près de l’autel que l’on s’allonge sur les vêtements pris en gage et c’est dans la maison de Dieu qu’est bu le vin confisqué. Les nombreux verbes de mouvement seraient une allusion au pèlerinage. Amos dénonce les atteintes à la Loi ou son détournement. L’expression « leur dieu » dénonce bien ceux qui se servent de Dieu à leur propre convenance.

 

POUR ALLER PLUS LOIN : AMOS

Amos est né à Téqoa en Juda (dans le sud) mais fut prophète en Israël (dans le nord). Il serait le premier des prophètes-écrivains. Il est peu connu et pourtant ses propos incisifs sont d’une troublante actualité. Il est issu d’un milieu assez aisé puisqu’il est lui-même un riche éleveur. Son ministère dura tout au plus un an, interrompu par la police royale sur demande du chef du clergé de Béthel. Il a ensuite peut-être poursuivi son ministère dans le sud, mais rien n’est moins sûr.

Le dieu d’Amos rugit (Am 1,2) et le prophète de Téqoa est le premier à appliquer à YHWH l’image du lion. Le livre d’Amos, outre le prologue (1,1-2) et l’épilogue (9,11-15), se divise en deux grandes sections. La première est consacrée aux « paroles » (oracles contre les nations) et la seconde aux cinq visions du prophète. Un livre assez court, à lire et à relire pour aujourd’hui.

 

É. Deheunynck


[1] Rappeler l’œuvre de YHWH en faveur d’Israël, c’est souligner l’autorité et les droits de Dieu à exiger l’obéissance de son peuple.

[2] Le verset 12 dénonce un dernier crime d’Israël. Est-il à sa place ?

[3] Le verset 7 dénonce peut-être la liberté qu’un fils prend avec son père d’abuser de la même esclave contrairement à la loi (Ex 21,7-11), ou Amos dénonce la pratique de la prostitution sacrée héritée des Cananéens.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article