Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Liens protestants, le journal protestant du nord

Les lieux de mémoire du Nord protestant (été 2005)

23 Septembre 2009 , Rédigé par Liens protestants Publié dans #2005

Éditorial 

Les lieux de mémoire du nord1 protestant

 

 Quelques lieux de mémoire dans la région nord

En regardant la carte des musées protestants, publiée dans notre numéro de juin 2002, il faut se rendre à l’évidence : notre région ne compte aucun musée ni lieu de mémoire majeur du protestantisme ! Le nord serait-il un angle mort de la mémoire protestante ? Ce numéro démontrera qu’il n’en est rien.

La richesse et la diversité de nos lieux de mémoire étonnera même peut-être certains d’entre vous. Ainsi l’est cambrésien présente une concentration de temples ruraux, unique dans notre région, qu’il nous conviendra d’expliquer. Les châteaux et manoirs du Boulonnais2 témoignent d’un protestantisme protégé par des seigneurs dont les demeures pouvaient, à l’occasion, se transformer en lieu de culte en vertu des dispositions de l’édit de Nantes. Plus discrets seront les lieux de mémoire en Flandre. Là, c’est à travers quelques noms de lieux et le souvenir catholique de ses martyrs que l’on peut retrouver la trace de nos ancêtres, les gueux. Une série de temples ruraux isolés s’égrène le long de la frontière que l’on pouvait franchir en cas de danger. Il est possible d’ajouter à cette liste des stèles commémoratives, des graffitis gravés sur les fenêtres de maisons protestantes et des fêtes populaires d’origine protestante. L’ensemble de notre région est couverte et les origines de ces lieux de mémoire remontent aux premiers temps de la Réforme.

Notre perte de mémoire est patente. Elle peut s’expliquer. Les protestants français, que nous sommes, oublient que notre région n’était pas française au temps de la Réforme. Nos ancêtres sont autant les gueux que les huguenots. Le protestantisme a été laminé par la contre-réforme, souvent violente, menée par les troupes espagnoles. La première page de notre histoire locale est ainsi tombée dans l’oubli.

Il nous faudra nous réapproprier cette mémoire. Un musée du protestantisme dans le nord et des itinéraires protestants restent à inventer ! Affaire à suivre…

 

                                                                                           LP

 


1 Par commodité, nous avons pris comme limites celles de la région administrative du Nord-Pas de Calais, même si cet espace n’a aucune unité historique et ne correspond à aucun découpage d’Église.

2 Au début du XVIè siècle, le Boulonnais fait déjà partie du royaume de France. Son histoire s’inscrit dans un contexte historique différent du reste de la région. 


SOMMAIRE
La route des gueux
Caoux, baudets et magots... les fêtes populaires d'origine protestante
Les temples ruraux du Cambrésis
Jessé de Forest (en ligne)
Les lieux de mémoire du protestantisme en Boulonnais


 

Stèle commémorative

JESSÉ DE FOREST ET SES COMPAGNONS
FONDATEURS DE NEW-YORK ?


La stèle dressée à Avesnes-sur-helpe et dédiée à Jessé de Forest et ses compagnons est un lieu de mémoire des réformés qui mérite notre attention. Voici le récit gravé sur cette stèle : «A Jessé de Forest, sa famille et ses compagnons du pays wallon, qui cherchaient un nouveau monde où ils pourraient en paix affirmer leurs croyances et pratiquer librement la religion réformée, ont contribué puissamment à la fondation de New-York la plus grande ville d’Amérique où les enfants de Jessé de Forets, Isaac-Henri et Rachel s’établirent en 1637. » Ces propos méritent quelques précisions.


Qui était Jessé de Forest ?

Jessé de Forest appartenaient à une famille de drapiers, des artisans teinturiers pour être précis, fixée à Avesnes-sur-Helpe depuis 1477. Au moment de la Réforme, Avesnes est une cité des Pays-Bas espagnols et Jessé de Forest s'exile à cause de sa foi protestante. Il s’installe d'abord en France à Montcornet où l'édit de Nantes assurait la liberté de culte. Il restait aussi le plus près possible de son pays, en Thiérache. Puis l'espoir d'un retour s'amenuisant, il va en Hollande en 1615. La vie est difficile, il songe à partir pour le Nouveau-Monde avec des compagnons, pères de famille comme lui. Il croit pouvoir y faire fortune. Il remue ciel et terre pour que lui et ses compagnons réfugiés aux Provinces-Unies à Leyde ou en Angleterre, soient autorisés à fonder une colonie en Amérique du Nord. Il se tourne vers la Compagnie des Indes Occidentales, nouvellement créée. La compagnie accepte l’opportunité, les candidats à l’exode se faisant rares. Elle consent à laisser partir des protestants inadaptés vers des contrées sans intérêt.


Jessé de Forest a-t-il fondé New York ?
Jessé et ses compagnons s’embarquent à Amsterdam le 1er juillet 1623 sur un navire qui jette l’ancre en Guyane. Jessé explore le pays mais il meurt le 22 octobre 1624. Jessé de Forest n’est donc pas le véritable fondateur de New-York mais le précurseur des colons qui ont fondé la Guyane française. En revanche en mai 1624 un autre navire affrété par la Compagnie des Indes occidentales arrive en vue de l'île de Manhattan. Le bâtiment transporte une trentaine de familles. Huit d’entre elles sont déposées à la pointe de Manhattan. Les autres sont réparties à plusieurs endroits de la côte. Ces premiers colons donnent son premier nom à la future New-York… Neuve-Avesnes, en l’honneur de Jessé de Forest, personnage clef de l’exode de ces pionniers.
 

De Neuve-Avesnes à New -York

La compagnie entend mettre en valeur la colonie. Du matériel et des animaux de ferme réclamés par les colons sont amenés. Des fortifications sont érigées sur la pointe de Manhattan. Un quai et des moulins à vent sont construits. En 1626, l’île est achetée aux Indiens Mahattes pour 60 florins soit 24 dollars. Pendant des décennies New-York est peuplée de protestants venus de nos contrées, Jessé de Forest est là pour nous le rappeler. Certes il ne vit pas la fondation de New-York mais ses enfants et ses compagnons trouvèrent asile sur l'île de Manhattan que les Hollandais appelèrent ensuite, New-Amsterdam et les conquérants anglais, New-York. Le Lycée général, professionnel et hôtelier d'Avesnes porte le nom de Jessé de Forest ainsi qu'une avenue sur laquelle est érigée une stèle en son hommage.



                                                                                E. Deheunynck

 





Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article