Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Liens protestants, le journal protestant du nord

Henri Nick (novembre 2012)

17 Janvier 2013 , Rédigé par Liens protestants Publié dans #2012

Éditorial

 

HENRI NICK

 

Il existe des personnages dont le souvenir se transmet de génération en génération. Henri Nick fait parti de ces hommes marquants. Bien que décédé il y a plus de cinquante ans, il reste une figure emblématique du protestantisme dans le Nord. Des livres publiés ou parfois inédits, des témoins toujours vivants mais désormais âgés, des œuvres sociales anciennes et toujours actives, sont autant de vecteurs de cette mémoire. numérisation0004

Chacun peut apprécier ou admirer une des facettes du pasteur fivois. Certains ont gardé en mémoire l’aumônier militaire de la Première Guerre mondiale envoyant des lettres poignantes et poétiques ou le pasteur du Réveil évangélisant, Bible à la main, dans les rues de Fives, d’autres, « monsieur Nick et son vélo » secourant les juifs pendant la Seconde Guerre mondiale ou le pasteur rouge découvrant l’œcuménisme dans le cadre des luttes sociales… Henri Nick semble avoir épousé son temps. Il en est à la fois un témoin et un acteur.

Ce dossier vous propose non pas une synthèse de ce qui a déjà été dit ou écrit sur Henri Nick mais une série de textes inédits : un article de madame Delmaire, spécialiste du judaïsme, une interview de madame Baron, qui connut le pasteur dans sa jeunesse, et des extraits d’un manuscrit jamais publié de Fadiey Lovsky.

Henri Nick fut reconnu « Juste parmi les nations » il y a vingt ans. Cet anniversaire nous donne l’occasion de découvrir ou de redécouvrir l’un des pasteurs les plus marquants du Nord de la France.

 

Bonne lecture.

 

 


 SOMMAIRE

 

Rencontre avec Evelyne Baron (interview)

Henri Nick, juste parmi les Nations (D. Delmaire)

Nick et les oeuvres (F. Lovsky)

Nick et l'oecuménisme (F. Lovsky)

Nick dans le texte (en ligne) 

 


 

Littérature

 

 

NICK DANS LE TEXTE

 

 

 

UN VRAI LIT

 

« Je me souviens de la joie d’une pauvre femme couchant pour la première fois dans un lit pour elle seule, au lieu de la couchette étroite qu’elle avait partagée jusque-là avec ses deux garçons de 12 et 13 ans. Il y a des bonheurs dont nous avons tellement l’habitude que nous ne les apprécions plus ».

 

Publié dans Parmi les ouvriers p.58

 

PRINTEMPS PENDANT LA GRANDE GUERRE (extrait d’une lettre du front)

 

« C’est le printemps qui commence, les alouettes chantent. Elles s’élèvent toujours plus haut vers le soleil, avec leurs battements rapides d’ailes, qui ressemblent à des vibrations de l’âme. Elles semblent se tourner vers le nord, enfin ouvert. Sur une crête où le fer et le feu sont passés et passent en faisant leur œuvre de destruction, j’ai cueilli hier les violettes parfumées, qui parlent d’humilité, de douceur, de vie pure, tendre et douce.

 

Hier pendant que les canons grondaient, tandis que l’on apercevait sur les crêtes et dans les vallons, les nuages épais de fumée noirâtre (qui semblent sortir de terre et marquent l’éclatement des obus), je regardais le ciel et de magnifiques arcs-en-ciel se succédaient et semblaient dresser des ponts gigantesques sur la terre, et de la terre au ciel.

 

Ah ! Que le Christ vienne ! Tous les éperviers de malheur lâcheront leur proie et l’oiseau captif, sanglant mais libre, reprendra son envol.

 

Publié dans Monsieur Nick p.34

 

 

LES MENNONITES ET LA RÉVOLUTION

 

Les mennonites, du nom de leur fondateur, sont des chrétiens qui par leur simplicité et la pureté de leurs mœurs, par leur observation fidèle des commandements du Christ, s’efforcent de rappeler l’Église primitive. En France, il y en avait en Alsace et en Franche-Comté des colonies importantes. Ils se vouaient surtout à l’agriculture, se mariaient en général entre eux sans se mêler beaucoup à la population environnante. Pour obéir à la loi du Christ et à la défense de tuer, ils refusaient d’ordinaire le service militaire, du moins le service armé.

 

Fait singulier et qui montre bien la largeur d’esprit et de cœur des hommes de la grande Révolution française, un décret du Comité de Salut public, signé de Robespierre, Couteau, Saint-Just, Carnot et les autres, déclarait qu’ils étaient de fort braves gens, recommandant de ne pas leur imposer la conscription, ni de leur demander des charrois et même, s’ils refusaient, de les laisser tranquilles.

 

Extrait d’une lettre manuscrite prêtée par Madame Françoise Lovsky

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Damien 02/12/2014 12:50

Bonjour, je découvre avec beaucoup de plaisir, à l'instant votre blog ! Bravo pour votre travail. Je vous suis dorénavant !!

Eric Deheunynck 02/12/2014 19:55

merci de nous rejoindre ;-)

Doug Jenkinson 03/11/2013 18:46

Pardon je ne parle pas bien français.
Pasteur Nick était dessine par Eugene Burnand ?1919. Il es un de 104 magnifique portraits dans le musée de la légion d'Honneur, Paris. C'est possible voir tout les portraits a mon site internet
http://www.eugene-burnand.com/pastel%2010%20Pasteur%20Nick.htm
Doug