Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Liens protestants, le journal protestant du nord

Le refuge hors d'Europe (été 2012)

9 Octobre 2012 , Rédigé par Liens protestants Publié dans #2012

 


Éditorial

 

LE REFUGE HORS D’EUROPE

 

Le mot refuge évoque une page d’histoire douloureuse pour les protestants français les persécutions, les guerres, l’exil. Mais il évoque aussi l’aventure, l’accueil, l’assimilation. Cette question a déjà fait l’objet d’un dossier dans notre numéro d’été 2008. Nous écrivions alors dans l’éditorial : « Le dossier étant tellement vaste, nous nous contenterons cette fois-ci du refuge en Europe laissant pour un autre numéro le refuge hors d’Europe, aux Amériques et en Afrique du Sud ».  mémorial huguenot en Afrique du Sud

Le moment est donc venu de vous proposer le second volet du dossier. Le refuge hors d’Europe cumule plusieurs originalités :

-                Il concerne des effectifs limités, 3000 huguenots aux Amériques et 300 en Afrique du Sud !

-                Il fut plus dangereux comme l’indique l’échec des colonisations au Brésil et en Floride ou la difficile installation en Afrique du Sud.

-                Il s’agit souvent d’un second exil. Les colons sont en général passés par la Hollande ou l’Angleterre avant de repartir outre-mer.

L’impact jusqu’à aujourd’hui est variable, moment fondateur pour les Afrikaners d’Afrique du Sud, oubli complet au Brésil ou « souvenirs » wallons et huguenots aux États-Unis.

 

Un grand merci à Paul et Monique Malarik qui ont traité avec brio la partie « Afrique du Sud » et sans lesquels ce dossier n’aurait pas vu le jour.

 

Bonne lecture et bonnes vacances à tous.

 

 


SOMMAIRE  

 

Le Réfuge huguenot en Amérique du Nord

L' Eglise huguenote de Chalreston (en ligne)

Coligny et le Nouveau Monde

Jesse de Forest et ses compagnons, fondateurs de New-York ?

Histoire du refuge huguenot en Afrique du Sud

Rencontre avec des descendants de huguenots

Le mémorial huguenot de Franschhoek


Mémoire

 

 

L’ÉGLISE HUGUENOTE DE CHARLESTON

 

 

Des huguenots aux États-Unis

 

L’installation des huguenots, dans ce qui allait devenir les États-Unis, ne fut pas un phénomène de masse… 3000 personnes selon les estimations des historiens. Mais localement leur implantation a laissé des traces jusqu’à aujourd’hcolonies huguenotes en Amérique du Nordui, surtout à New York et en Caroline du Sud. Les colonies huguenotes s’échelonnèrent le long de la côte Est de l’Amérique du Nord. Les « plantations » en Nouvelle-Angleterre furent éphémères en raison de l’hostilité des colons britanniques et des Amérindiens. Les huguenots eurent plus de succès dans les environs de New York où ils fondèrent par exemple la ville de New Paltz en souvenir du Palatinat par lequel ils transitèrent. De même Staten Island qui accueillit nombre de réfugiés, est parfois appelée Huguenot Island. Mais c’est plus vers le Sud, en Caroline du Sud, que leur installation a laissé le plus de traces. À tel point qu’existe aujourd’hui à Charleston une Église huguenote… terme unique pour une Église fondée par des réfugiés français. Les Églises du refuge sont en effet souvent qualifiées de françaises ou de wallonnes jamais d’huguenotes !

 

L’histoire de la paroisse

 

L'Église protestante française de Charleston a été fondée en 1681 par des réfugiés huguenots fuyant les persécutions. On évalue à 450 le nombre de huguenots installés dans le pays vers 1700. Mais le temps joue contre les Églises du refuge. L’Église disparaît au début du XIXe siècle pour réapparaître puis fermer à nouveau. C’est dans les années 1980, après une longue période d’oubli qu’une communauté huguenote se reconstitue avec des protestants conservateurs des environs, hostiles aux nouveautés liturgiques introduites dans leurs communautés d’origine !

 

L’Église huguenote de Charleston est aujourd’hui forte de 300 membres d’ascendance huguenote. C'est la seule Église huguenote indépendante en Amérique, voire au monde ! L’Église est régie par un Conseil d'administration et un Conseil des anciens. Elle se veut fidèle à la doctrine calviniste. Le service hebdomadaire se déroule en anglais. Le culte est inspiré des liturgies de Neufchâtel et Vallangin datées de 1737 et 1772. Depuis 1950, un service annuel en français est célébré en avril pour commémorer l’édit de Nantes. En octobre un culte est célébré pour sa révocation ! La décision de Louis XIV est ici perçue comme un acte fondateur : sans révocation point d’exode et sans exode point de huguenots en Caroline !

 

Souvenir et patrimoine huguenots

 

La Caroline et en particulier la région de Charleston possède le plus riche patrimoine huguenot d’Amérique du Nord. Les huguenots toujours minoritaires ont marqué la ville de leurs constructions. Le premier temple huguenot est construit en 1687, mais détruit en 1796 lors d’un incendie. Un nouvel édifice est érigé en 1800 et démantelé en 1844 pour faire place à l'édifice néo-gothique actuel, conçu par Edward Brickell White. Le temple est endommagé par un bombardement lors de la guerre de Sécession puis par le grave tremblement de terre de 1886. Vous trouverez à l’intérieur une liste des présidents des États-Unis d’ascendance huguenote.

 

Dans les environs de Charleston, se trouvent plusieurs maisons de maîtres huguenots. Ainsi en 1697, Benjamin Simons, originaire de La Rochelle, fait construire un belle demeure qu’il appelle Middelburg Plantation, en souvenir de la capitale de la Zélande par laquelle il a transité. La Manigault House, construite de 1803 à 1806, porte le nom d’une riche famille originaire de La Rochelle. C’est la demeure d’un huguenot planteur de riz, possédant de nombreux esclaves.

 

 

L’histoire de l’Église huguenote de Charleston est paradoxale dans un pays réputé sans Histoire ! L’ascendance, le souvenir et le patrimoine huguenots ont fait revivre une communauté disparue… un bel exemple de résurrection.

 

 

 

Éric DEHEUNYNCK

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article