Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Liens protestants, le journal protestant du nord

Les baptistes : histoire, ecclésiologie, confession de foi (juin 2004)

29 Décembre 2009 , Rédigé par Liens protestants Publié dans #2004

Editorial

 

Les baptistes

 

Ce mois de juin sera marqué par la fête de la Pentecôte et, comme chaque année, certains demanderont le baptême ce jour-là. Baptême d’adulte ou baptême d’enfant ? Aujourd’hui notre Église réformée accepte l’un et l’autre. Il n’en a pas toujours été ainsi ! La question a divisé les protestants dès le XVIe siècle. Certailpbapt 001ns, considérant que le baptême d’enfant n’avait pas de valeur, baptisaient à nouveau les adultes. On les appelait les anabaptistes (ceux qui baptisent à nouveau). Ce sont les ancêtres des baptistes d’aujourd’hui. Ainsi le baptisme fait-il partie des Églises historiques de la Réforme. La question du baptême a donné naissance à toute une série d’Églises que nous qualifieront de famille baptiste. Le nombre des baptistes en France est modeste puisqu’ils comptent environ sept mille membres actifs, appelés aussi professants. Les baptistes sont aussi très présents à travers leurs œuvres comme l’abeg. Même lorsqu’elles sont regroupées¹, les Églises locales restent autonomes. Certaines Églises baptistes sont membres de la Fédération protestante de France depuis sa fondation, d’autres sont toujours en dehors de la fédération.

Les baptistes sont beaucoup plus présents aux USA avec trente millions de fidèles, en particulier dans le vieux Sud. Martin Luther King est la figure la plus connue du baptisme américain. Le baptisme français est en revanche moins connu. Ce numéro nous invite à redécouvrir ce courant majeur du protestantisme à travers ses confessions de foi, son organisation ecclésiale et son histoire.

 

Bonne lecture

LP

1 Fédération des Églises évangéliques baptistes de France.


Écclésiologie

 

Organisation et fonctionnement des Églises baptistes

 

 

Depuis leurs origines, les Églises baptistes ont considéré qu’elles avaient pour vocation d’être les plus fidèles possibles aux principes et aux doctrines du Nouveau Testament. C’est en tout cas ainsi qu’elles se définissent ! Elles considèrent qu’il y a un modèle d’Église fidèle aux paroles du Christ et souhaitent le restituer.

 

Les baptistes ne forment pas une nouvelle religion, pas plus qu’ils ne le faisaient lors de la création de leurs Églises. Il s’agit bien de chrétiens respectueux des Écritures, souvent en rupture avec le système de l’Église catholique, et qui considèrent que les réformés et les luthériens ne vont pas assez loin dans leur volonté de réformer la conception de l’Église. Ce radicalisme fait l’objet de discussions.

 

Toutefois, les Églises baptistes s’inscrivent bien à l’origine dans des conceptions classiques issues de la Réforme protestante. L’enseignement biblique, remis en lumière par Luther, concernant le sacerdoce universel est la base de l’organisation de l’Église. Toutefois, ces Églises sont des assemblées de professants.

Ainsi est-il essentiel pour la théologie baptiste que le fidèle puisse confesser publiquement sa foi, suite à une expérience de conversion et puisse demander le baptême d’adulte par immersion. Elles prétendent donc ne baptiser que des croyants !

Elles attendent de leurs membres qu’ils expriment une confession de foi personnelle. Dans cette conception l’on met en avant l’idée selon laquelle le nourrisson ne peut se repentir et confesser, en conséquence, pas de baptême d’enfants, mais des présentations.

Les Églises baptistes ne possèdent ni chef, ni organisation supranationale qui donnerait des ordres aux Églises, mais il y a des regroupements au niveau international.

Chaque assemblée se doit d’être autonome et indépendante. Néanmoins, elle peut s’associer avec d’autres Églises baptistes. Les organisations baptistes, sauf exceptions, préservent l’indépendance des Églises qui en sont membres.

Les Églises baptistes se doivent de pourvoir à leurs propres besoins financiers par les dons volontaires de leurs membres. Elles ne doivent pas compter sur les subsides de l’État ou faire pression sur les chrétiens pour donner de l’argent.

Au niveau de l’exercice du ministère, les pasteurs sont mis à part pour annoncer l’Évangile et édifier la communauté. Ils ne sont théoriquement en rien supérieurs à leurs fidèles ! On attend toutefois d’eux qu’ils soient irréprochables, qu’ils exercent convenablement leur ministère et qu’ils aient un don d’enseignement.

Il n’y a en fait pas de hiérarchie, mais les pasteurs sont désignés à certaines fonctions de présidence des unions pour des mandats déterminés.

La Fédération des Églises baptistes de France est rassemblée autour d’une confession de foi que vous pourrez découvrir dans un article de cette publication. Depuis ses origines, elle tente de donner un visage plus uni au baptisme français.

Chaque année se tient un congrès national, le jeudi de l’Ascension. Chaque Église locale y délègue ses représentants. Le congrès émet des vœux pour orienter les décisions du conseil de la fédération, conseil élu, composé de treize membres. Le congrès a aussi pour tâche d’adopter les textes régissant la vie de la fédération, il est chargé de prendre les grandes décisions.

Le conseil délègue ses pouvoirs et compétences à des comités (mission intérieure baptiste, école pastorale, jeunesse et organe de presse mensuel Construire ensemble) Il lui appartient aussi de désigner des commissions (missionnaire, des ministères, des finances, de formation, d’éthique, d’animation des cultes, de recherche historique, sans oublier l’Union des femmes baptistes).

Les baptistes sont donc des chrétiens qui insistent sur :

  • La bible comme fondement de leur foi,
  • La personne et l’œuvre de Jésus-Christ,
  • La repentance et la conversion,
  • Le baptême des croyants,
  • L’autonomie des communautés locales,
  • La vocation missionnaire.

 

Ils cherchent le dialogue et une collaboration avec les autres Églises chrétiennes :

  • Dialogue théologique baptistes-catholiques au niveau mondial et français,
  • Dialogue européen avec les Églises de la concorde de Leuenberg et, en France, avec le CPLR.
  • Participation à la conférence des Églises chrétiennes en Europe,
  • Action comme membre de la Fédération protestante de France.

 

Sur le plan idéologique, les baptistes sont des défenseurs fervents de la liberté religieuse et de la séparation des Églises et de l’État. L’Alliance baptiste mondiale participe enfin à l’ONU à la lutte pour les droits de l’homme.

 

Frédéric Verspeeten.


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Le Moine : Denis le petit espiègle 17/10/2012 19:45

1
LE CHAPITRE XIII
LES ERREURS DE LA DOCTRINE BAPTISTE EXPOSÉE
Dans ce tome, les doctrines cardinales des diverses et communément appelées les
confessions orthodoxes ont été bombardées. Cependant cela a été impossible d’incorporer
dans ces discours, dans les limites des services publics, un exposé plein et complet de
chaque phase d’un grand nombre des doctrines discutées. En ce supplément nous allons
ajoutés les arguments à ceux déjà faits, et présente plus de documentation à côté de ce
qu’il a été multipliée – mais avec le but d’exposer notamment les doctrines qui sont en
train d’être prêchées avec tellement d’assiduité par les prédicateurs Baptistes dans le
monde entier. Les Baptistes ont tort sur chaque point cardinal, sur chaque principe
particulier. Ils enseignent la fausse doctrine (1) à l’égard du Jésus-Christ, (2) sur le nom
Baptiste, (3) sur le Saint-Esprit, (4) sur l’impossibilité de l’apostasie, (5) sur le sujet de la
dépravation totale, (6) sur l’appel au ministère, (7) sur la régénération, (8) sur la
justification par la foi, (9) sur la confession de la foi, (10) sur le baptême, (11) sur le
gouvernement de l’Église, (12) sur l’établissement de l’Église, (13) sur l’Église et le
royaume, (14) sur le Credo, (15) sur la succession de l’Église – en bref, sur tout le plan
divin des choses, et je ne le regarde pas comme une tâche difficile pour prouver cette
déclaration d’une portée considérable et qui ne ménage personne.
I.
SUR LA QUESTIO QUI EST LE CHRIST
Le manuel Baptiste explique que Jésus-Christ est “le véritable et le Dieu éternel.”
Les Baptistes par conséquent enseignent un genre erroné de Christ, comme cela sera vu
des passages suivants soumis. [Nota Bene : L’explication du traducteur. Dieu le Père,
Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit, sont tous le véritable et le Dieu éternel ou pas bien le
même dans le sens qu’ils sont trois personnes qui constitue un Dieu. Jésus est une
personne, l’Esprit Saint est une personne, et le Père est une personne. Ceci ne veut pas
dire trois Dieux, seulement 1e seul Dieu unique en trois personnes, qui est connu sous le
titre : le mystère de la doctrine de la Trinité. Je donne un exemple, il y a un triangle
quoique cela a trois angles ou trois côtés; cela ne veut pas dire plusieurs triangles. Une
chose peut être constituée de trois éléments, mais cela reste une chose, quand même. Le
Saint-Esprit ou le Fils ne sont pas le Père, et aussi l’inverse est vrai, cependant tous sont
“le véritable et le Dieu éternel. Ils ne sont pas la même personne. Tous les trois sont un et
sont de l’éternité et sont éternels. Genèse 1, 26 « Faisons l’homme à notre image… » Qui
a ressuscité Christ? Dieu a ressuscité Christ (Actes 2, 24 etc.) Christ a ressuscité Luimême
(Jean 2, 19; [1 Timothée 3, 16]) L’Esprit Saint a ressuscité le Christ (Romains 8,
11 Or, si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus des morts… » Jean 4, 24 « Car Dieu est
l’Esprit… » Parce que tous sont Dieu! Et sont éternels, mais comme mentionné tantôt, ne
sont pas la même personne. Si la compréhension de cet auteur est pour ainsi dire que
Christ n’est pas dans ce sens le Dieu éternel et véritable [“the very and the eternal God]
(là, je ne suis pas d’accord, et selon mon humble avis est une grosse erreur, par contre,
s’il voulait dire pas la même personne, cela tombe dans le bon sens)].
2
(1) Il a été proclamé le Fils de Dieu (Matthieu 16, 16-18), et Jésus a dit, « car la
chair et le sang ne te l’a pas révélé, mais mon Père qui est aux cieux » ‒ Dieu au ciel,
Christ sur la terre.
(2) Il a hérité le nom, quand Dieu lui a dit, « Tu es mon Fils » (Hébreux 1, 4-5) –
si Christ est Dieu le Père, alors Dieu a dit à lui-même « Tu es mon Fils. »
(3) Matthieu commence son récit avec la généalogie : « Le livre de la génération
(la généalogie [genesis, naissance, origine] de Jésus-Christ, le fils de David, le fils
d’Abraham » (Matthieu 1, 1), et le récit de Luc conclut la généalogie avec « 38 Adam,
qui fut le fils de Dieu. » (Luc 3, 38) Si le manuel Baptiste est conforme à la vérité, et
Christ et Dieu le Père sont une personne, donc conformément aux généalogies, les deux
Dieu et Christ sont les fils d’Abraham, et Dieu est le fils d’Adam, et Christ ne pourrait
pas être fils de Dieu!
(4) Lorsque Jésus fut baptisé (Matthieu 3, 16-17) le Saint-Esprit est sorti et
descendu du ciel de la part de Dieu – Jésus fut sur la terre, Dieu fut au ciel, malgré tout
Jésus et Dieu sont une personne!
(5) Le péché contre l’Esprit Saint (Matthieu 12, à partir du verset 22 jusqu’à 45)
serait plus grave que pour les Juifs d’avoir péchés contre le Père ou le Fils – pourquoi? Si
les trois sont une personne?
(6) Si Jésus est Dieu (le Père), une personne, comme les Baptistes enseignent, en
ce cas Matthieu 2, 11 rend Marie la mère de Dieu – qui est précisément qu’est-ce que les
Catholiques Romains enseignent.
(7) Si Jésus et “le même et Dieu éternel” alors quand les Juifs ont tué Christ
(Actes 2, 22-23), ils ont assassiné Dieu, et le souverain de la terre fut mort.
(8) Sur la croix Jésus a demandé Dieu de remettre son esprit (Luc 23, 46) –
comment pourrait-il le faire, si Dieu fut mort sur la croix? S’ils sont la même personne,
cela serait inévitablement vrai.
(9) Lorsqu’Étienne fut martyrisé, il a vu Jésus debout à la main droit de Dieu
(Actes 7, 55), qui ne pourrait pas être vrai si Jésus est lui-même “le véritable et Dieu
éternel.”
(10) Paul déclare que Christ va remettre le royaume à Dieu (1 Corinthiens 15, 24)
– va-t-il juste remettre le royaume à lui-même?
(11) Pierre déclare que Dieu a ressuscité Jésus de la mort (Actes 2, 24) – comment
pourrait-il si Jésus est Dieu le Père? Dieu aurait été aussi mort que Jésus.
(12) L’apôtre a annoncé que Dieu a appelé (nommé) Jésus « Fils » (Hébreux 5, 8-
10) – Dieu a-t-il nommé lui-même « Fils »?
3
(13) Paul a dit que Jésus-Christ intercède à la main droite de Dieu en notre faveur
(Romains 8, 33 ou 34 selon les Bibles) – Jésus fut-il en train de parler purement à luimême
au ciel?
(14) Paul affirme que Christ est l’image de Dieu (2 Corinthiens 4, 4; Hébreux 1, 3)
qui ne pourrait pas être vrai s’ils étaient l’identique personne.
(15) Paul déclare davantage que Christ a entré le ciel pour apparaître (comparaître,
se présenter) dans la présence de Dieu pour nous (Hébreux 9, 24) – est-ce qu’il a
simplement apparu dans sa propre présence?
(16 Jésus a énoncé qu’il fut dans le Père et le Père fut en lui (Jean 10, 38; 14, 10),
néanmoins si cela signifie que Jésus et Dieu le Père sont une personne, alors parce que le
Nouveau Testament révèle que nous sommes « en Christ » (Galates 3, 27), cela
signifierait que nous sommes le Christ; et quand cela dit que nous sommes « en Dieu » (1
Thessaloniciens 1, 1), cela voudrait dire que nous sommes Dieu.
(17) Jésus a dit que lui et le Père sont un, mais si cela signifie une personne, donc
l’époux et l’épouse qui sont un seraient une personne! Jésus a également exprimé que le
Père est « plus grand » (Jean 14, 28) que lui – comment cela pourrait être vrai, s’ils sont
une personne – Dieu pourrait-il être plus grand que Dieu?
(18) Jésus a exprimé qu’il fut la vigne, et son Père fut le vigneron. (Jean 15, 1) –
cette illustration enseigne-t-elle que lui et son Père sont une personne, et que Jésus “est
l’identique et le Dieu éternel”?
Il n’y a point de fin à la liste des parties du texte qui pourraient être dressées pour
montrer l’erreur crasse et la pure folie du dogme Baptiste que Christ “est le même et le
Dieu éternel.”
Cependant pendant que nous sommes sur ce point cela ne sera pas en plus de la
discussion pour accorder l’attention à la soeur jumelle de cette erreur – que le baptême
peut être administré dans “le nom de Jésus seulement,” et non pas “administré” dans “ le
nom du Père, et du Fils, et de Saint-Esprit. ” Certaines de ces choses sembleraient être
trop puériles d’être remarquées, mais les enseignants de ces notions, si ridicule qu’elles
sembleraient être, sont capables de tromper un grand nombre de personnes et de
rassembler des disciples.
Premier : Le récit de Matthieu 28, 18-20 formule sans détours que le baptême est
au nom du Père, et du Fils, et de l’Esprit Saint. Chaque baptême dans le livre des Actes
fut sous cette commission. En Actes 2, 38 Pierre a donné l’ordre aux Juifs de repentir et
d’être baptisés au nom de Jésus-Christ; et en Actes 10, 48 Pierre a ordonné aux Gentils
d’être baptisés au nom du Seigneur; et en Actes 19, 5 les douze furent baptisés au nom du
Seigneur Jésus. Cependant vu que tous les baptêmes exécutés dans le livre des Actes
furent sous l’autorité et la commission de Matthieu 28, il s’ensuit que d’être au nom de
Jésus-Christ, et au nom du Seigneur, et au nom du Seigneur Jésus, fut le

Denis Tarko 29/10/2014 11:18

Pour voir la continuation, naviguer sur min site Internet dans l'onglet : Les Luvres Traduits. Et télécharger ou visionnez le reste de ce document. Bonne journée.

Denis Tarko 31/07/2011 11:01


Bonjour M. Frédéric Verspeeten,
Je m'appelle Denis Tarko et j'ai un bon commentaire pour vous qui s'intitule : Le Comment et le Pourquoi du Baptême Biblique. Voici son lien direct :
http://www.egliseduchristquebec.com/docs/comment_pourquoi_bapteme_biblique.doc Mon courriel est : lemoinedenislepetitespiegle@gmail.com
Bonne lecture et étude à tous.
Le Moine : Denis le petit espiègle
www.egliseduChristquebec.com