Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Liens protestants, le journal protestant du nord

Les temples ruraux du Nord

28 Février 2010 , Rédigé par Liens protestants Publié dans #2010

Éditorial

 

NOS TEMPLES RURAUX

 

Il y a un an, je me retrouvais dans la campagne du pays de Weppes, au temple d’Illies, lors du culte de ré-inauguration. Cette expression peut paraître étrange, pourtant elle signifie bien qu’un temple tombé dans l’oubli, négligé, fermé depuis des années, venait d’être ré-ouvert. Plus que d’une ré-inauguration, il s’agissait d’une résurrection. C’est donc là, assis sur un banc assez rustique, mais dans une ambiance chaleureuse, que je me disais, « nos temples ruraux méritent bien un dossier ».

Notre région en compte encore une douzaine en activité, mlprural 001ais au XIXe siècle leur nombre s’élevait à une vingtaine. La plupart ont été érigés pendant ce siècle de renouveau protestant, mais ils sont les témoins de communautés rurales plus anciennes qui ont perduré dans la clandestinité. Alors que le protestantisme était éradiqué des villes par les Espagnols ou par Louis XIV, il a survécu dans certaines campagnes moins surveillées, plus isolées. Ainsi les communautés rurales de Lecelles, Saint-Amand et Wanquetin ont survécu. Quant au Cambrésis, il constitue un cas exceptionnel de concentration de temples ruraux. Le protestantisme du Nord, aujourd’hui surtout implanté dans les grandes villes, a puisé dans ce réservoir. Mais l’exode rural a affaibli le protestantisme des campagnes et certains temples ruraux ont fermé leur porte.

Plus que des curiosités anachroniques, ces temples sont les témoins de nos racines. Ne les oublions pas et n’hésitons pas à aller au vert pour assister à un culte.

 

Bonne lecture à tous.

 

LP

 

NB : Un grand merci à Frédérique Mercier, lectrice de LP qui nous a autorisés à reproduire ses aquarelles des temples du Cambrésis et qui a réalisé, pour ce numéro, celle du temple de Bertry. http://aquarelles.mercierfr.free.fr.

Au XVIe siècle, les protestants qui se réunissaient à la campagne qualifiaient leur communauté d’Église verte.

 



 

 

carte 3

 

 

Généralité

 

Les temples ruraux du Nord

 

Avant tout inventaire des temples ruraux et toute tentative de classement, il est nécessaire de bien définir la notion de « temple rural ». A priori la définition est simple : on appellera temple rural, un temple protestant en zone rurale. Les temples urbains, ceux de Cambrai, Lille, Arras, etc., sont donc exclus. Mais que faire des temples dans de petites villes comme Le Cateau ou Berk ? Faut-il prendre en compte la population de la commune  au moment de la construction du temple ou celle d’aujourd’hui ? Faut-il inclure les temples disparus récemment ou depuis des siècles ?

La carte ci-dessous est réalisée en fonction des critères choisis. J’ai pris en compte les temples en zone rurale, excluant ceux des petites villes. Les temples désaffectés ou détruits sont également indiqués.

En observant la carte on constate la plus forte concentration dans l’est cambrésien. Au XVIe siècle, la région était une principauté indépendante aux mains des archevêques de Cambrai. La répression fut féroce à Cambrai et au Cateau, mais les régions rurales y échappèrent parce que moins surveillées par les autorités. Cet isolement a permis le maintien d’un protestantisme clandestin y compris sous la souveraineté royale (annexion française en 1678). Fénelon, le nouvel archevêque nommé par Louis XIV, constate alors avec amertume que son diocèse abrite de nombreux hérétiques. Au XIXe siècle la région s’est couverte de temples ruraux parmi lesquels le plus vaste du Nord, celui de Quiévy.

Vous avez peut-être observé le long de la frontière une série de temples dans de petits villages, ou parfois isolés en pleine campagne, comme à Baisieux, Lecelles, Nomain et Quiévrechain. La proximité de la frontière permettait en effet aux protestants un exil temporaire en cas d’intervention policière. Celui de Lecelles est à cet égard le plus représentatif. Là aussi les communautés ont précédé les temples érigés au XIXe siècle.

Restent des temples isolés, témoins à chaque fois d’une histoire locale particulière. Ainsi Illies a abrité une petite communauté protestante profitant des privilèges locaux interdisant à la police royale toute intervention. Les communautés de l’ouest arrageois dont l’origine reste incertaine furent très dynamiques. Wanquetin compta jusqu’à 300 fidèles…

Au temps des persécutions et du Désert, le protestantisme s’est maintenu dans les campagnes isolées. Au XIXe siècle, les protestants sont sortis de la clandestinité et nos campagnes se sont couvertes de temples. L’exode rural a été fatal à plusieurs communautés. Pourtant une douzaine de temples ruraux restent en activité. Ils sont les témoins d’une histoire qui est aussi la nôtre. Ne l’oublions pas !

 

Éric Deheunynck

 

 

 


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Angélique 29/03/2010 20:09


un magazine que je ne connaissais pas


Liens protestants 31/03/2010 13:25



Bonjour Angélique


Le magazine n'est vendu que par abonnement. Mais vous pouvez vous faire une idée de son contenu grâce à ce blog.


Cordialement